Les volailles fermières de Gascogne, qualité et origine…

gastronomie-aquitaine-volailles-fermiere-de-gascogne

Quoi de mieux pour se régaler que les volailles fermières de Gascogne ? Les gourmets et amateurs de produits du Sud-Ouest sont conquis par ces volailles de qualité supérieure qui bénéficient d’un Label Rouge et d’une IGP (Indicateur Géographique Protégé).

Depuis plus de 40 ans, les volailles fermières de Gascogne sont contrôlées par des organismes certificateurs. Corinne Bordes fait partie de l’association Sequoia, détentrice des cahiers des charges Label Rouge et IGP Gascogne. Elle œuvre à la défense et à la promotion des volailles fermières de Gascogne.

Deux signes officiels de qualité…

Poulets, pintades, et plus périodiquement chapons, poulardes et dindes, doivent, pour bénéficier de signes officiels de qualité Label Rouge et IGP Gascogne, répondre à des critères d’élevage spécifiques. Contrairement à un poulet standard, les volailles fermières de Gascogne sont élevées dans des bâtiments confortables, en faible densité et avec un libre accès vers l’extérieur. L’alimentation est également réglementée : « Les volailles doivent être alimentées avec 50% de maïs de la région », explique Corinne Bordes. La particularité des volailles sous IGP Gascogne est sa zone de production. En effet, « La zone de production IGP Gascogne couvre les Landes, le Lot-et-Garonne, les Pyrénées-Atlantiques et les cantons limitrophes de la Gironde et de la Dordogne pour l’Aquitaine, et le Gers et les Hautes-Pyrénées pour le Midi-Pyrénées », explique Corinne Bordes. Ce signe de qualité garantit le respect de l’animal, son alimentation et son bien-être.

Un goût incomparable…

Volailles fermières de Gascogne

En majorité Label rouge, mais également sous IGP Gascogne, les volailles fermières de Gascogne sont commercialisées dans les grandes surfaces. Leurs conditions d’élevage remarquables confèrent aux volailles une chair ferme et gouteuse. « On a une chair beaucoup plus ferme et un goût de volailles qui rappelle la volaille qu’on mangeait autrefois. Beaucoup plus parfumé qu’un poulet industriel », raconte Corinne Bordes. D’après la spécialiste, la meilleur manière de consommer la volaille fermière de la faire rôtir au four : « C’est le plus simple, mais c’est tellement bon ! » Un peu d’ail, de sel et de poivre et de la cuisson… c’est un produit savoureux et facile à cuisiner.

Vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>